Posts tagged Maison d’arrêt Compiègne

« Vers une nouvelle prison dans l’Oise »

Publié dans la presse le 24 septembre 2009.

Où en est-on dans les prisons de Picardie ? Quelle politique est menée contre le risque de suicides ? Les réponses d’Alain Jégo, directeur interrégional des services pénitentiaires.

Yves Jégo, Directeur Interrégional des Services Pénitentiaires de Lille.

Alain Jégo, Directeur Interrégional des Services Pénitentiaires de Lille.Où en est-on dans les prisons de Picardie ? Quelle politique est menée contre le risque de suicides ? Les réponses d'Alain Jégo, directeur interrégional des services pénitentiaires.

On parle souvent de surpopulation pénale. Qu’en est-il dans les prisons de Picardie ?

Actuellement 2 391 personnes sont hébergées dans les six prisons de la région contre 2 350 l’an dernier. Cela représente une certaine stabilité quant au nombre de détenus. Il faut y ajouter 247 personnes, qui sont détenues, donc placées sous la surveillance de l’administration pénitentiaire, et équipées de bracelets électroniques.

Il faut noter que la surpopulation pénale ne concerne que les maisons d’arrêt de la région et non les centres de détention et les maisons centrales où la règle reste un détenu par cellule.

En Picardie, dans la plupart des maisons d’arrêt, le taux d’occupation est de 2 détenus par cellule. Bien sûr cela crée des difficultés pour la prise en charge des détenus mais, dans le cadre des règles pénitentiaires européennes, nous travaillons beaucoup sur l’accueil des détenus et nous développons le travail avec d’autres administrations qui agissent au sein des prisons comme l’Éducation nationale ou le ministère de la Santé. Il faut noter que l’aménagement des peines est actuellement en développement.

Certaines prisons picardes – c’est particulièrement le cas à Beauvais et Compiègne – sont vétustes et ne correspondent plus aux conditions normales d’incarcération. Avez-vous des projets de construction de nouvelles prisons ?

Nous réfléchissons, dans le cadre d’un futur plan, à la construction d’une nouvelle prison qui pourrait remplacer les maisons d’arrêt de Beauvais et de Compiègne. Il faut noter que plus de 2 millions d’euros ont été investis en Picardie pour rénover les cellules, sécuriser les cours [RC]de promenade et refaire le chauffage et les toitures.

On parle beaucoup en ce moment des suicides en prison. Quelles sont les mesures prises par l’administration pénitentiaire pour lutter contre ce phénomène ?

Un suicide en détention est toujours un drame pour le détenu et sa famille d’abord mais également pour le personnel pénitentiaire. Nous mettons en place des formations à destination des personnels pour encore mieux les former. Un effort tout particulier est effectué en ce qui concerne le quartier des arrivants et le quartier disciplinaire de manière à mieux repérer les comportements suicidaires. Nous échangeons très régulièrement avec tous ceux qui interviennent dans les prisons afin de mieux connaître les détenus.

Retrouvez cette interview de Georges Charrières dans Le Courrier Picard

Publicités

Leave a comment »