L’OIP dénonce le plan absurde de MAM

Publié dans la presse le 19 août 2009.

La prison de Fleury-Mérogis.

La prison de Fleury-Mérogis.

Selon l’Observatoire international des prisons, le plan de prévention contre les suicides en prison « pousse la logique à l’absurde » car il offre des conditions de détention plus favorables au codétenu qui prend en charge la personne suicidaire, plutôt qu’à cette dernière.

L’Observatoire international des prisons (OIP) a affirmé mardi 18 août que les mesures de prévention annoncées par Michèle Alliot-Marie pour lutter contre les suicides poussent la « logique à l’absurde » et « perpétuent » la même politique depuis 2004.
La ministre de la Justice a annoncé mardi à Orléans une série de mesures centrées principalement sur la prévention et la protection des détenus fragiles.
Pour l’OIP, ce plan a en réalité été initié le 1er juillet en application d’une circulaire de Rachida Dati du 15 juin. « Il est désormais manifeste que la nouvelle garde des Sceaux entend perpétuer la politique de prévention des suicides initiée en 2004″ caractérisée par des dispositifs visant à empêcher matériellement la personne de mettre fin à ses jours et à prévoir les comportements auto-agressifs.

Doute sur les statistiques

Ce plan, selon l’OIP, « pousse la logique à l’absurde » car il préfère offrir des conditions de détention plus favorables au codétenu qui se voit déléguer la tâche de prendre en charge, « en lieu et place de la puissance publique », la personne en crise suicidaire, plutôt que d’assouplir les conditions de détention de cette dernière.
Par ailleurs, l’OIP publie en fac-similé un document intitulé « Bilan provisoire des suicides en 2008, établi le 6 janvier 2009 par la direction de l’administration pénitentiaire » qui montre, selon l’OIP, que les « mesures préconisées ont largement montré leurs limites ».
Ainsi, 71,5 % des détenus qui se sont suicidés durant l’année 2008 avaient été repérés comme fragiles ou suicidaires et faisaient l’objet de mesures spécifiques de suivi.
Cette étude suscite par ailleurs, assure l’OIP, un « doute sérieux sur la crédibilité des statistiques officielles » sur le nombre des suicides survenus en prison : les décès de personnes libérées après leur tentative de suicide ne sont pas comptabilisés et « une large majorité des décès survenant en détention » sont considérées comme des morts accidentelles alors que certaines seraient susceptibles d’être reclassées en suicides.
Par ailleurs, le psychiatre Louis Albrand, auteur en avril d’un rapport sur le sujet pour le compte du ministère de la Justice, a estimé que les mesures annoncées sont « décevantes » et pas « sérieuses ». « Ce ne sont pas des mesures à la hauteur de l’enjeu », a déclaré le Dr Albrand : « il faut une véritable réforme pénitentiaire ».
La ministre de la Justice, Michèle Alliot-Marie, a annoncé mardi à Orléans une série de mesures centrées principalement sur la prévention et la protection des détenus fragiles.

Draps indéchirables

Parmi ces dispositions figure notamment la généralisation de « kits de protection » destinés aux détenus susceptibles d’attenter à leurs jours, contenant des draps et couvertures indéchirables et des pyjamas en papier à usage unique pour éviter les pendaisons, ainsi que des matelas anti-feu.
Ces mesures figuraient dans le rapport sur le suicide en milieu pénitentiaire remis par le Dr Albrand en avril. « Ce qu’elle a repris, c’est le rapport édulcoré, c’est pas mon vrai rapport », estime toutefois le psychiatre.
« Il faut créer de nouvelles prisons, des petites structures, plus humaines, diminuer le mitard de 45 jours à 20 jours comme je l’ai demandé (…) Il faut que cela soit un magistrat et non plus le directeur de la prison qui décide pour aller au mitard ». « Tout cela n’est pas sérieux », conclut Louis Albrand : « Je m’attendais à mieux de Michèle Alliot-Marie et je suis triste parce que si mes mesures avaient été appliquées dès décembre dernier, quand je les ai données à Rachida Dati, on aurait sauvé des dizaines de vies cette année ».
Le 2 avril, le psychiatre avait boycotté la remise à la Chancellerie de son rapport, en appelant le successeur de Rachida Dati à « s’attaquer sérieusement » au problème.

Retrouvez cet article dans Le Nouvel Obs

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :