Un ex-détenu contre le « racket » de la télévision en prison

Publié dans la presse le 28 juillet 2009.

François Korber va déposer dans les jours qui viennent un recours « en excès de pouvoir » contre la ministre de la justice.

Depuis trois mois qu’il est sorti de prison, il ne s’est consacré qu’à une chose : son combat contre ce qu’il appelle « le racket de la location de télévision dans les prisons ».

Pour monter son dossier, il s’est plongé dans les rapports et a accumulé des dizaines de kilos de papier dans sa chambre d’hôtel. François Korber, ancien détenu, s’apprête à déposer un recours « en excès de pouvoir contre la ministre de la justice » au tribunal administratif de Melun (Seine-et-Marne).

Parallèlement, ce juriste de formation se bat au pénal : il a déposé une plainte pour « faux » contre le directeur de l’administration pénitentiaire et pour « extorsion de fonds » contre la direction de la prison au parquet de Melun.

On transfert les détenus, mais pas leurs télévisions

À l’origine de sa colère et de ces nombreuses procédures se trouve ce que François Korber vit comme une « injustice ». En 2002, il a eu le choix d’acheter pour 150,92 € un poste de télévision au centre de détention de Riom (Puy-de-Dôme) ou d’en louer un pour 33,54 € par mois. Logiquement, il a choisi la première possibilité, plus économique pour un détenu qui purge une peine de plusieurs années.

Mais, deux ans plus tard, quand il a été transféré à Châteaudun (Eure-et-Loir) puis à Melun, son poste lui a été confisqué. Il est resté à la « fouille » avec les autres objets personnels des prisonniers interdits en cellule.

Korber dénonce l’opacité du système

« On m’a alors obligé à louer une télé pour 36 € par mois, raconte ce Bordelais d’origine. Et tout cela, dans l’opacité la plus totale. Dans chaque établissement pénitentiaire, on vous dit : ici la location, c’est tel prix. Pourquoi ? Vous n’en savez rien. » On sait juste à quoi sert cet argent : à financer les activités sportives et socioculturelles des détenus.

« Le vrai problème est qu’il n’existe aucun cadre juridique, explique Marie Cretenot, de l’Observatoire international des prisons (OIP), ce qui engendre une grande hétérogénéité des coûts et des modalités de location. Ceux qui purgent une peine de plusieurs années paient alors leurs télévisions plusieurs fois », ajoute- t-elle, rappelant que 35 % des personnes incarcérées vivent avec moins de 45 € par mois.

La Cour des Comptes et le Parlement avaient déjà enquêté

François Korber se bat donc pour que les prisonniers puissent choisir librement entre la location et l’achat, et surtout pour que les prix soient fixés en toute transparence. À 57 ans, il porte seul ce dossier avec son avocate Nicole Prevost-Bobillot.

Il n’est pourtant pas le premier à avoir soulevé ce problème. Le rapport de la Cour des comptes de 2006 ainsi que deux rapports de l’Assemblée nationale et du Sénat en 2000 se sont déjà penchés sur le sujet.

« Le problème, c’est que nous sommes en 2009 et que rien n’a changé », assène-t-il. L’administration pénitentiaire assure de son côté s’être engagée dans une démarche d’homogénéisation de la situation au niveau national.

Un espoir d’amélioration

« Nous sommes dans une démarche de transparence sur ces sujets que nous ne méconnaissons pas», assure Stéphane Scotto, sous-directeur. « Le 1er janvier 2010, une trentaine d’établissements vont plafonner la location à 18 € par mois », annonce-t-il, rappelant qu’il est d’ores et déjà possible d’acheter son propre poste dans certains établissements.

Celui que ses codétenus surnommaient « Robin des lois » espère obtenir gain de cause rapidement. En attendant, il conserve précieusement son fameux poste de télévision au milieu des cartons, dans sa chambre d’hôtel. Espérant pouvoir confier un jour ce symbole de son combat au Musée des prisons.

Retrouvez l’article de Claire Hache dans La Croix

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :